A l’écart du tourisme

Balade en scooter au départ de Sanur. Il reste encore des coins de l’île des Dieux qui sont un peu à l’écart du tourisme.
Kusamba en fait ainsi partie. Ici, tout est en effet resté authentique et on y retrouve un vrai Bali traditionnel. On ne parle pas la même langue mais on croise, sur ce petit bout de plage, des gens ouverts et très accueillants.
Ils semblent étonnés que l’on s’intéresse à eux et au dur métier qu’ils pratiquent.
(Il y a aussi quelques paludiers plus au Nord de Bali, à Amed)

Kusamba, Bali – Indonésie
Récolte du sel Kusamba, Bali – Indonésie
Fleur de sel récoltée à Kusamba, Bali – Indonésie

 

A la rencontre des paludiers 

Sur la côte Est de l’île, l’énorme majorité des touristes passent souvent dans ce village sans s’y arrêter. Ce site n’est cependant qu’à 200 mètres d’une route empruntée par beaucoup d’entre eux chaque jour.

Pourtant, Kusamba reste un coin de Bali vraiment digne d’intérêt. Sa plage de sable noir est ainsi riche en activité pour les locaux: pêche, transports mais aussi récolte du sel. Cette activité est implantée depuis plusieurs générations. Hélas, nous verrons que ces sauniers sont de moins en moins nombreux et de plus en plus âgés. Ce métier est en voie de disparition.
Les quelques familles qui récoltent le sel de mer le font avec la méthode traditionnelle. L’eau de mer est récupérée et portée à dos d’homme.
Imaginez plusieurs kilos d’eau récupérés dans une mer agitée, sous un soleil de plomb et avec une humidité lourde à supporter…Le cadre est donc posé. Inutile de préciser qu’ils travaillent pour gagner un faible salaire..

Plusieurs allers retours pour ramener de l’eau de mer Kusamba, Bali – Indonésie

Processus de récolte du sel

Le processus en lui-même ne reste pas très compliqué mais très difficile avec les conditions climatiques. En effet, le travail s’effectue au plein soleil avec une température souvent proche de 30°! Mais ici, personne ne se plaindra. Ce n’est pas dans leur culture.
Le processus : l’eau de mer est tout d’abord jetée sur du sable humide. Après un jour de séchage au soleil, il faut racler le sel. Il est ensuite déposé dans un récipient sous la hutte pour décanter.  On y ajoute de l’eau salée et on fait sécher à nouveau dans des troncs de cocotiers coupés en deux et évidés jusqu’à l’apparition des cristaux. La fleur de sel ainsi récoltée est d’excellente qualité. Elle est d’une blancheur éblouissante et parmi les meilleures au monde.

Kusamba, Bali – Indonésie
Récolte du sel Kusamba, Bali – Indonésie
Kusamba et sa fleur de sel, Bali – Indonésie
Fleur de sel Kusamba, Bali – Indonésie

Leur offrir du sel de Camargue

Nous n’étions pas venus les mains vides à Kusamba. Nous avions en effet envie d’acheter du sel de Bali mais de leur faire aussi un petit cadeau. Avant notre départ pour ce long voyage de 6 mois, on a emporté quelques réserves de produits de notre région. Alors on a bien sûr pris du sel de Camargue. Nous leur avons donc offert avec grand plaisir. Inutile de vous dire qu’après dégustation, ils ont préféré le sel de Kusamba ! C’est de bonne guère. Une vieille dame à absolument tenu à nous faire cadeau de 2 bracelets pour nous remercier de notre visite.

Offrir du sel de Camargue Kusamba, Bali – Indonésie

Finalement, on garde en souvenir de cette journée les sourires surpris de cette famille de paludiers. Cette récolte du sel, vieille de plus de 1 000 ans risque hélas de disparaître…En effet, dans ce village de pêcheurs de 40 familles, il reste seulement 2 familles qui perpétuent cette tradition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here