Transport typique en Asie

Si vous voyagez en Thaïlande, impossible de ne pas y croiser l’incontournable moyen de transport : le tuk-tuk bien sûr ! (prononcez touk-touk)
L’engin emblématique du pays accapare en effet l’espace urbain.
C’est une véritable institution, un phénomène culturel dans la capitale Thaïlandaise.
C’est un « taxi typique » à trois-roues, à mi-chemin entre la mobylette et la camionnette ! Il est constitué de l’avant d’un scooter, sur une roue, avec guidon, prolongé d’une  » carriole » sur deux-roues, recouverte d’une capote. Dans cette carriole, il y a en général de la place pour trois passagers.

Pour conduire l’engin, le chauffeur passe les vitesses et freine comme avec un scooter en se dirigeant avec le guidon.

Véhicule phare des pays asiatiques en général, les tuks-tuks restent très pratiques et prisés pour se déplacer sur de courtes distances en ville. Il est tout aussi bien utilisé par la population locale que par les touristes. 

Les prix sont bien sûr à négocier, avant de monter à bord, mais ils restent très bon marché. Se déplacer en Tuk-tuk devient une expérience à part entière. A Bangkok particulièrement, le trafic dense oblige parfois les tuks-tuks à se faufiler entre les voitures.

Tuk-tuk à Bangkok – Thaïlande
Tuk-Tuk à Bangkok, le conducteur fait la sieste à l’arrière ! – Thaïlande

Les mauvais côtés du Tuk-tuk ?

Ne le cachons pas, les tuk-tuks ne sont pas des véhicules très respectueux de l’environnement. C’est un des problèmes majeurs.
En effet, le conducteur et les passagers restent au niveau des pots d’échappement des bus et autres véhicules…
Dans les centres urbains des grandes villes comme Bangkok, avec cette pollution combinée à la chaleur, vous aurez parfois avoir du mal à respirer !
Quant au moteur, lui, il faut reconnaitre qu’il est très bruyant.


Néanmoins, cela reste à faire au moins une fois ! Une petite balade dans le trafic très dense de la capitale reste une vraie expérience en soi…
Cela bouscule nos habitudes d’Occidentaux.
Préparez-vous juste à être un « petit peu » secoués pendant le trajet !

Bon a savoir : pour arrêter un tuk-tuk, il ne faut pas montrer son pouce ou faire des grands gestes. En Thaïlande, il suffira de se placer au bord du trottoir avec le bras tendu, paume en bas et agiter la main de haut en bas plusieurs fois.

Différentes sortes de tuks-tuks

En effet, il existe ici différents styles de tuks-tuks.
Au cours de notre périple Asiatique, suivant les régions, nous avons remarqué un panel très étendu.
Partout en Thaïlande, ils ont la particularité d’être très colorés et certains, à la nuit tombée, se transforment en véritable boîte de nuit avec musique, et lumières qui clignotent. Ambiance assurée ! C’est donc, par exemple, une manière unique d’explorer Bangkok la nuit.
Voici un florilège de ces engins, découverts au Sud, au Centre et au Nord du pays. Il y en a pour tous les goûts et les couleurs !

Un autre style de tuk-tuk à Ayutthaya, vue de l’avant – Thaïlande
Le même style de tuk-tuk vue de l’arrière, Ayutthaya – Thaïlande
Un style encore différent à Sukhothaï – Thaïlande
Tuk-Tuk coloré à Sukhothaï – Thaïlande
Tuk-Tuk à Hua Hin – Thaïlande
Même style de tuk-tuk à Kanchanaburi – Thaïlande

Pour résumer, vous l’aurez compris, le tuk-tuk fait partie intégrante d’un voyage en Thaïlande et en Asie du Sud Est en général. Ce tricycle motorisé reste le moyen de transport le plus populaire ici. Il est ainsi le symbole de l’Asie depuis 50 ans déjà.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here